Que faire à Paracas : les trois activités que nous avons testées

Le Pérou est le cinquième pays que nous visitons pendant notre tour du monde. Après avoir passé quelques jours à Lima, nous avons pris la direction de Paracas, dans la région d’Ica. Cette région est une des zones les plus désertiques de la côte péruvienne. Néanmoins, la péninsule de Paracas se trouve dans une zone maritime très riche. Nous y avons testé différentes activités phares dans la région. 

Pour nos trois nuits passées à Paracas, nous avions choisi l’auberge de jeunesse Paracas Backpackers House. Ainsi, toutes les activités que nous avons testées, nous les avons réservées avec eux. Mais vous pouvez trouver de nombreuses agences dans la ville, les prix étant généralement les mêmes.

Tour de bateau vers les îles Ballestas

En ce premier jour à Paracas, nous voilà réveillées et prêtes à partir à 7h45 dans le hall de l’auberge de jeunesse. Un guide vient alors nous chercher, pour nous emmener au port. Premier arrêt obligé : acheter le ticket pour avoir le droit d’aller sur les îles. Deux options sont possibles. Soit vous n’avez prévu de faire que l’excursion pour les îles Ballestas et vous payez 10 soles. Soit, comme nous, vous avez prévu de faire une excursion plus tard dans la réserve nationale de Paracas, et dans ce cas, vous payez 15 soles (conservez votre ticket pour la réserve). Ensuite, avant d’embarquer, il faut repayer 3 soles. Tout ceci est en supplément par rapport à ce que vous avez convenu comme prix avec votre agence pour l’excursion (en général aux alentours de 30 soles).

iles-ballestas

Après toutes ces formalités, nous voilà installées aux alentours de 8h dans notre embarcation. Et autant vous dire que nous ne sommes pas les seuls ! En effet, tous les bateaux remplis de touristes partent à la même heure (les excursions vers les îles ne se faisant que le matin). Nous avons alors un peu peur de se retrouver à quarante bateaux une fois arrivées aux îles. Et surtout d’oppresser les animaux.

A bord, le guide nous a donné beaucoup d’explications sur les espèces rencontrées et leur mode de vie. Les îles Ballestas sont une réserve ornithologique impressionnante où l’on peut observer aisément des manchots de Humboldt, des cormorans de Bougainville, des sternes inca, des pélicans thage ou encore des fous variés (petit clin d’œil à tous les naturalistes qui liront ces lignes – Marie). Avec tous ces oiseaux, cohabitent des lions de mers, que l’on peut observer se prélasser sur les rochers.

lion-de-mer

Au cours de cette sortie en bateau, nous nous sommes également arrêtés pour observer le « Chandelier de Paracas ». C’est un géoglyphe gravé à flanc de désert, dont les origines sont inconnues. Il a été impossible de le dater, faute de matière organique. Plusieurs hypothèses existent à son sujet.

chandelier-paracas

Finalement, nous avons été agréablement surprises par ce tour en bateau de 2h. Nous avons eu la chance d’observer de nombreuses espèces d’oiseaux et de s’attendrir devant les bébés lions de mer. Etant donné que l’archipel est assez grand, nous n’avions pas l’impression que les bateaux étaient les uns sur les autres. De plus, les chauffeurs (enfin en tout cas le nôtre) faisaient attention de respecter une distance avec les rochers. Après, bien sûr, nous ne nous voilons pas la face. Nous savons bien que ce type d’excursion fait partie du tourisme de masse et qu’il y a forcément une conséquence sur la pollution avec tous les bateaux et du dérangement sonore pour les animaux (même si l’on peut se poser la question lorsque l’on voit certains lions de mer faire la sieste !). Et nous comprenons qu’elles puissent être controversées.

La réserve nationale de Paracas

Nous avons fait l’excursion dans la réserve nationale de Paracas le même jour que le tour en bateau. Après avoir eu une heure à l’auberge de jeunesse pour se reposer un peu, nous étions reparties à 11h. Un autre guide est venu nous chercher et nous sommes montées dans un mini-bus déjà rempli d’autre personne. Certaines personnes devaient d’abord acheter leur ticket (nous l’avions déjà, cf. ci-dessus). Ensuite, nous étions partis.

Notre premier stop fut le centre d’interprétation de Paracas. Là, vous pouvez en apprendre plus sur la réserve, sa faune et sa flore, et ce qui la rend si particulière. La réserve englobe une partie du désert, une zone maritime et les îles. Elle participe à la fois à la préservation de l’écosystème, mais également à la préservation du patrimoine culturel. En effet, elle abrite différents sites archéologiques de la culture pré-Inca Paracas. On y retrouve également une biosphère très riche, dû au courant de Humboldt, grâce auquel le plancton est abondant. Nous avons beaucoup aimé les explications données par ce centre. Et nous aurions aimé avoir plus de temps pour pouvoir tout lire. Si les musées ne sont pas trop votre truc, vous pouvez plutôt aller à un point d’observation pour voir les flamants roses.

catedral-paracas

Nous sommes ensuite parties voir « La Catedral », formation rocheuse façonnée par l’érosion. Cette dernière s’est effondrée lors du séisme en 2007, mais le paysage reste néanmoins magnifique. Si l’on a de la chance, on peut apercevoir des loutres marines et des oiseaux marins.

Notre arrêt suivant fut un belvédère donnant sur Playa Roja, Lagunillas, et le désert. La vue est impressionnante de part le contraste entre le désert et la mer.

Avant-dernier arrêt avant le repas, Playa Roja. Le sable rouge offre là aussi des contrastes de couleurs avec la mer, et les falaises environnantes.

playa-roja

Finalement, dernier arrêt à Lagunillas pour le déjeuner. Avec l’excursion, nous avons le droit à un verre de Pisco, alcool typique du Pérou. Par contre, le déjeuner n’est pas compris dans le package. Vous pouvez donc vous prévoir un pique-nique. Ou bien déjeuner dans l’un des restaurants. Nous avons choisi cette dernière option. Il faut tester le « ceviche », préparé à base de poisson cru, de jus de citron, de piment (aji), de coriandre et d’oignons.

Nous avons aimé ce tour organisé dans la réserve de Paracas. En effet, en venant au Pérou, nous ne nous attendions pas du tout à ce genre de paysage. Nous avons donc été agréablement surprises. De plus, encore une fois, le guide nous a donné des informations intéressantes tout au long de l’excursion. Comptez entre 20 et 30 soles. Elles se déroulent généralement de 11h à 15h.

SandBuggy à Huacachina

Pour cette activité, nous aurions pu choisir de la faire au départ de Paracas. Mais étant donné que nous devions aller à Ica pour prendre notre bus direction Cusco, la gérante de l’auberge de jeunesse nous a conseillé de la faire là-bas. En plus, le prix est moins cher. Encore une fois, nous avons pu tout organiser avec l’auberge de jeunesse. Nous avons d’abord réservé la navette pour Huacachina (à côté de Ica, lieu de départ de l’activité). Puis nous avons réservé l’activité.

Nous sommes donc parties à 11h05 de Paracas, avec nos gros sacs à dos, à bord de la navette. Après 1h de route, nous arrivons à Huacachina. De là, nous trouvons l’agence avec laquelle nous ferons le tour de sandbuggy. Le tour part à 16h (lorsque le soleil tape un peu moins). Nous avons donc un peu de temps pour se balader dans les alentours.

huacachina

Huacachina est un village, à proximité de Ica, construit autour d’un oasis. On se rend vite compte que l’activité principale y est la pratique du sandboard et les excursions en sandbuggy. Nous nous posons au bord du petit lac pour déguster notre pique-nique et faire une petite sieste.

A 16h, retour à l’agence pour le départ ! Visiblement, nous ne sommes pas les seuls. De nombreux buggys partent à cette heure-ci. Nous sommes 10 dans le nôtre et il faut le dire assez serrés. Nous partons donc en direction des dunes. A peine le sable entrant en contact avec le buggy, nous sentons les secousses. Heureusement qu’il y a une ceinture de sécurité ! Après plusieurs descentes et montées dignes de montagnes russes, le chauffeur s’arrête pour nous permettre de prendre des photos. La vue est très belle. Mais là aussi nous voyons bien qu’il y a énormément de buggy.

sandbuggy

Après cela, nous reprenons le buggy pour quelques mètres, afin de se placer au sommet d’une descente. Le chauffeur sort alors du coffre des planches de surf. Nous passons ainsi un bon quart d’heure à « surfer » sur le sable. Sur les fesses, sur le ventre, la descente est plus facile que la remontée ! Céline nous a même fait l’honneur de nous offrir une belle gamelle ! La pauvre avait du sable incrusté jusque dans les sous-vêtements !

Après cela, le tour ne durant qu’une heure, nous sommes rentrées à l’agence. Dans notre package était compris le transfert entre Huacachina et Ica, où nous avons pris notre bus de nuit pour Cusco.

Ces trois activités sont donc à la fois intéressantes et sensationnelles. Nous sommes conscientes (et ça nous tenait à cœur de le préciser) que ces activités font partie du tourisme de masse et que ce ne sont pas les plus éco-responsables qui peuvent être réalisées. Rien qu’à voir les traces noires laissées par les buggy dans le désert, l’impact de l’activité sur l’environnement est vite vu. Mais nous avons beaucoup appris sur la région de Paracas, nous avons pu nous amuser et profiter des paysages.

Share This:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge